19 septembre : Nouvelles humanitaires du Népal et Pakistan

Voici des nouvelles des deux associations humanitaires au Népal ( et Pakistan) que je soutiens :

>> 1° Montagne et Partage

Voici un  résumé des actions de l’association, à travers un message de Gérard Clermidy , président de l’Association :

“Montagne et Partage a été très actif durant cette période avec la réalisation ou le lancement de nombreux projets:

  • Nous avons terminé fin juillet les travaux de construction de l’école secondaire de Madi dans le Térai népalais. Cela a pris un peu de temps compte tenu des aléas propres au pays et des contraintes sanitaires imposées par la pandémie Covid-19, mais la construction est vraiment réussie, solide et esthétique, et répondant à l’ensemble des critères techniques imposés par le cahier des charges. Les équipes sur place ont bien travaillé. Sur le plan budgétaire, nos correspondants permanents sur place Pemba et Tashi ont bien respecté les règles que j’avais imposées. In fine, le projet nous revient à 124 325,28 € au lieu des 135 000,00 € du devis prévisionnel. Si les conditions d’accès au Népal le permettent, une inauguration officielle est prévue mi octobre, avec je l’espère, la présence de l’Ambassadeur de France au Népal. Vous êtes cordialement invités à y participer.
  • Nous avons fin mai donné suite à un appel au secours de familles népalaises du Khumbu particulièrement affectées par l’impact économique de la pandémie de Covid-19. En moins de 10 jours, nous avons mobilisé toute notre énergie et celle de nos donateurs, pour rendre opérationnel un fonds alimentaire d’urgence destiné à 160 familles en situation de grande précarité (Environ 1000 personnes concernées) issues de villages isolés de montagne du Khumbu. La première distribution s’est tenue à Ghat le 26 mai 2020 sous le contrôle et la supervision de Tashi Sherpa, originaire du coin. Les premières familles aidées venaient des villages de Ghat, Chhuthawa, Lhowa, Teka et Thadakoshi; elles ont reçu cette aide alimentaire comme un véritable don du ciel. Une seconde distribution pour 75 autres familles sélectionnées par les autorités locales a eu lieu quelques jours plus tard, dans les mêmes conditions, à Chhheplung et Nachipang, ainsi qu’au Monastère Pema Coling Gunela.  Ce sont au total plus de 6 tonnes de nourriture de première nécessité qui ont été  achétées à Katmandu, transportées sur place (camion et mules) et distribuées (Riz, huile végétale, sel farine, sucre) pour un budget global de 800 000 NRS, soit 6225,60 €. Ce budget a été entièrement couvert par des donateurs individuels sollicités à cet effet via HellAsso, ainsi que par un don substantiel de l’association Solidarkid’s de Marcq-en-Baroeul, si chère à notre vice-président Frédéric Delloye.
  • Enfin, nous avons lancé après de nombreuses procédures techniques et administratives, le projet de fourniture d’eau potable à la communauté villageoise de Ser-Province Diamir de Gigistan-Baltistan (Pakistan). Pour la réalisation de ce projet, nous avons noué un partenariat opérationnel avec l’ONG allemande Pakistan-Hilfe zur Selbsthilfe, qui seule était habilitée à intervenir sur place où tout est sévèrement contrôlé par l’état. Son président Hans Joachim Gerber, avec qui j’ai beaucoup travaillé cet été,  est un ancien Colonel de l’Otan, investi dans l’humanitaire au Pakistan depuis de très nombreuses années. Tout a été scellé par contrat pour garantir la pleine réalisation de ce projet dont le budget prévisionnel s’établit à 6,482.000 PKR, soit 35 352,50 €. Vous trouverez en annexe tous les détails de ce beau projet ainsi que le devis prévisionnel. Je vous demande de transmettre ce projet aux personnes, entreprises ou autres entités proches de vous qui seraient susceptibles de nous aider financièrement. Toute aide, même minime, est la bienvenue. A ce jour, les travaux de terrassement par les villageois pour enterrer les canalisations sont en cours, ainsi que l’acheminement du matériel, ce qui est loin d’être une sinécure dans ce coin difficile d’accès. Voici un lien avec le dossier du projet Pakistan

Comme vous pouvez le constater, en dépit des conditions particulières liées à la pandémie de Covid-19, votre association Montagne et Partage a été très active plusieurs fronts à la grande satisfaction des populations concernées par notre aide. Je reste à votre écoute. Bonne fin d’été à tous. “Keep safe and healthy” comme disent nos amis népalais!

Bien amicalement. Gérard CLERMIDY, Président

  >> 2° Bikas

Il est possible de télécharger le dernier bulletin d’information de l’association belgo-népalaise en allant sur la page humanitaire Bikas ou directement Revue Juillet-Août-Septembre 2020
Voici un message de Betty Moureaux, présidente de BIKAS :

Namaste,

Le virus corona cause beaucoup de misère dans le monde entier. Le Népal n’y échappe pas.
Après quelques semaines de pause, un deuxième verrouillage (lockdown) a été introduit la semaine dernière. La vie quotidienne est au point mort et les gens ne sont plus autorisés à quitter leur domicile. Les écoles restent fermées, il n’y a pas de transport et personne ne sait avec certitude combien de temps cela restera ainsi.Chaque jour, il y a entre 500 et 1000 infections corona et le nombre de décès est passé à 300. Le nombre de décès connus est relativement faible, mais les taux de suicide sont extrêmement élevés. Avec plus de 17 suicides par jour, le Népal est dans le triste sommet mondial. Beaucoup de gens ne voient aucune issue à cette situation désespérée. Les gens n’ont pas de travail, pas de revenus et donc pas d’argent pour acheter de la nourriture ou d’autres ressources vitales.
Au Népal, il n’y a pas de réseau social et rares sont ceux qui ont mis de l’argent à part. Beaucoup dépendent de l’aide des autres.
Il ne faut pas attendre grand-chose du gouvernement népalais. Ils ne font rien d’autre que d’imposer des règles. La corruption, en revanche, fleurit comme jamais auparavant. Ce sont principalement les plus pauvres, les plus nécessiteux qui sont les victimes.

En plus des immenses problèmes de corona, la saison des pluies frappe fort.
Les nombreux glissements de terrain ont pour effet que les maisons sont ensevelies sous les coulées de boue. Les routes ne sont plus accessibles et de nombreuses personnes le paient de leur vie.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, dans le sud, dans le Terai, une grande partie de la récolte a été perdue à cause d’un fléau de criquets.

Le Népal traverse une période très difficile, mais avec BIKAS nous continuons à nous engager. Nous aidons avec des rations d’urgence si nécessaire et nous continuons à supporter nos projets.

Informez-vous sur nos projets et sur la situation actuelle dans notre nouveau magazine

Betty Moureaux, présidente de Bikas & Irene Van Driessche, rédactrice du magazine Bikas.

Comments are Disabled