24 mai : Nouvelles humanitaires du Népal

Voici des nouvelles des deux associations humanitaires au Népal que je soutiens :

>> 1° Montagne et Partage

Voici un  résumé de la situation sanitaire au Népal , à travers un message de Gérard Clermidy , président de l’Association :

LANCEMENT D’UN FONDS D’URGENCE ALIMENTAIRE POUR LE NÉPAL

“L’épidémie de la Covid-19 en France  a affecté à des degrés divers bon nombre d’entre nous, et nous espérons que vous avez pu traverser ce temps suspendu en toute sécurité et avec la sérénité qui s’impose, en dépit des difficultés à surmonter.Mais comment le Népal, si proche dans nos cœurs, affronte-t-il cette pandémie mondiale, cinq ans seulement après le séisme de 2015 qui avait laissé le pays exsangue ? Des mesures drastiques de prévention ont été prises par les autorités gouvernementales face à un système sanitaire extrêmement fragile. Si ces mesures très restrictives ont permis d’éviter des victimes, elles ont plongé le pays dans une crise sociale et économique sans précédent, remettant en cause le fragile redressement du pays. Une grande partie de la population qui vit de l’autosubsistance, de petits travaux payés à la journée s’est trouvé du jour au lendemain privée de toute source de revenus. Les activités du tourisme si utiles à nos amis Sherpas se sont arrêtées brusquement, sans aucunes mesures compensatoires de type chômage partiel ou autres fonds de solidarité. Les subsides versés par les expatriés économiques népalais à l’étranger n’arrivent plus. Chacun est laissé à sa propre destinée…

Le Népal, qui compte parmi les pays les plus pauvres du monde, et dont le revenu moyen par habitant est d’environ 70 € par mois, va connaitre une longue et douloureuse période et ne s’en sortira pas sans la solidarité internationale.

Engagée depuis près de 10 ans auprès de communautés les plus défavorisées du pays, particulièrement auprès des enfants, Montagne et Partage entretient depuis des années des liens étroits avec la communauté Sherpa de Ghat dans le Khumbu. L’impact économique et social est fort auprès des plus pauvres de cette communauté qui n’ont plus les moyens de subsistance, que leur apportaient le portage des charges et le tourisme de trekking. Ils sont dans le plus grand dénuement, et certains ont du mal à nourrir familles et enfants. Montagne et Partage a décidé de réagir à cette situation et met en place un fonds d’urgence alimentaire de manière à apporter gratuitement riz, huile végétale et sel à certaines familles en proie à de grandes difficultés pour couvrir leurs besoins alimentaires journaliers. L’évaluation des besoins et la répartition sont faites sur place par les deux correspondants de notre association Pemba Sherpa et Tashi Sherpa, qui se trouvent au plus près de la réalité du terrain, et en capacité d’estimer l’urgence des situations à traiter. Chaque famille bénéficiaire signera un reçu de donation.

Si vous souhaitez à votre façon participer à ce fonds alimentaire d’urgence, sachez que votre aide est précieuse pour aider nos amis népalais dans le dénuement le plus extrême. Vos dons, bénéficiant d’une défiscalisation à hauteur de 66% du montant versé, sont les bienvenus, par chèque bancaire à l’ordre de Montagne et Partage (940, route du Lac 01250 MONTAGNAT), ou par paiement en ligne en cliquant sur le lien https://helloasso.com/associations/montagne-et-partage

PRÉSENTATION OPÉRATIONNELLE ET FINANCIÈRE DU PROGRAMME

Les besoins évalués sur place concernent 160 familles (soit environ 800 personnes) issues des communautés rurales de montagne de Ghat, Chheplung, Teka et Thadakoshi dans le Khumbu. Les habitants de ces villages reculés dépendent du tourisme de trekking d’où ils tirent quelques revenus pour faire vivre leurs familles et envoyer leurs enfants à l’école. Depuis le confinement complet au Népal et l’absence de saison touristique printanière (Pour l’automne, on ne sait pas encore), ces villageois sont totalement privés de ressources. De surcroit, les cultures potagères de printemps ont été grandement affectées à la baisse à cause de conditions météorologique très défavorables au printemps, avec beaucoup de pluie et d’inondations.

L’intervention humanitaire de MONTAGNE & PARTAGE revêt donc un caractère d’urgence, et permettrait aux familles concernées de subvenir à leurs besoins alimentaires primaires pendant quelques semaines et de voir l’avenir plus sereinement.

Ce programme d’aide humanitaire d’urgence permettrait à chaque famille éligible de recevoir un sac de riz de 30 kg, deux bidons d’huile végétale d’un litre chacun, et de 2 kg de sel de cuisine.

En volume total, cela implique l’acheminement total de 4800 kg de riz, 320 litres d’huile végétale et de 320 kg de sel. Cette cargaison serait acheminée par la route jusqu’à Kharikhola au nord-ouest de Lukla, et ensuite par un convoi d’environ 80 mules jusqu’à destination.

La distribution individuelle aux familles serait faite en deux endroits, dans les localités de Ghat et Chheplung, en liaison avec les autorités locales concernées, et sous le contrôle de nos deux correspondants sur place Pemba Sherpa et Tashi Sherpa, en charge de la distribution et supervision du programme. Nous vous garantissons la bonne utilisation de cette aide humanitaire.

Le budget de l’opération comprenant l’achat des marchandises à Katmandu, l’acheminement et la distribution a été évalué à la somme totale de 7000, €, soit environ 43,75 € par famille aidée.

Votre aide est la bienvenue. Nous comptons sur votre bienveillante générosité.

D’avance merci pour votre aide à nos amis népalais.

Gérard CLERMIDY, Président & Frédéric DELLOYE, vice-président

  >> 2° Bikas

Il est possible de télécharger le dernier bulletin d’information de l’association belgo-népalaise en allant sur la page humanitaire Bikas ou directement Revue Avril-Mai -Juin  2020
Voici un message de Betty Moureaux, présidente de BIKAS :
“Cher sympathisant de Bikas, namasté

Comme partout dans le monde le Népal est durement touché par la crise du coronavirus. Après les deux première contaminations enregistrées, il y a eu un long calme. Mais la semaine passée on a vu une croissance exponentielle à cause de laquelle l’agitation croît dans le pays. On compte officiellement plus que 600 contaminations depuis quelques jours et on déplore deux morts. Les deux victimes étaient jeunes et originaires de régions totalement différentes.
On n’a plus de travail, donc plus de revenu et il n’y a pas de filet de sécurité sociale sur lequel compter.
Acheter la nourriture quotidienne et les produits d’hygiène devient impayable pour beaucoup.
Une catastrophe humanitaire menace la population pauvre et sans abri.

Bikas n’est pas resté les bras croisés et nous avons déjà pu aider des centaines de familles et d’individus dans le besoin.
La fin n’est pas encore en vue…il faudra encore de l’aide.

Dans notre nouveau périodique on pourra lire davantage à propos de la situation au Népal, de nos projets et de bien d’autres choses encore”

Betty Moureaux, présidente de Bikas & Irene Van Driessche, rédactrice du magazine Bikas.

Comments are Disabled